Menu Fermer

Blog

Ma découverte du thé

J’ai commencé à boire du thé au printemps 2015, lors de mon premier blocus de Pâques, j’étais à l’époque en 1ère bac Langues et Lettres françaises et romanes à l’Université de Liège. Comme tous les étudiants, je cherchais de quoi me dynamiser et ainsi tenir plus longtemps face à mes syllabus. N’aimant pas l’amertume du café, j’ai tout naturellement décidé de me tourner vers le thé dont les différents goûts proposés titillaient déjà mes papilles. J’ai tout d’abord bu ceux qui m’étaient facilement accessibles, c’est-à-dire tous les thés qu’on peut trouver en grande surface. Assez rapidement, je me rends compte que ces thés ne sont justement que des goûts, on n’y retrouve pas de la subtilité ou des variations.

C’est seulement au cours de ma deuxième année que je découvre le thé en vrac et toutes ses possibilités, terminé les thés poussiéreux, il était grand temps de goûter quelque chose de bons. Je me suis donc tout naturellement tourné vers les chaînes très connues en Cité Ardente pour acheter mon thé. Une passion s’est développée et je ne pouvais pas passer un jour sans boire une ou deux tasses de ce breuvage. Malgré cela, je restais toujours accroché à ces thés aromatisés très fruités, préférant le thé noir et le thé vert au reste. J’ignorais à l’époque qu’un monde vaste pouvait s’offrir au curieux buveur que j’étais.

Gand

Cette passion est devenue tellement dévorante qu’un jour, fasse à la rhubarbe du jardin familial, je me posais la question de ce qu’on pourrait faire d’original à partir de cette plante, c’est à ce moment-là que l’idée de la faire sécher et de l’ajouter à un thé noir m’est venue. Après plusieurs essais-erreurs, j’ai eu un tout premier produit fini que je fis goûter à mes proches. Face à l’intérêt de plus en plus important face à mon thé aromatisé, je décide d’en créer un autre, le pomme-cannelle. Il est devenu aujourd’hui un des produits phares et il fut le tremplin de Cinq Thés.

Aujourd’hui, je consomme encore mon thé différemment, j’ai découvert des thés natures aussi expressifs, voire même plus, que des thés aromatisés. Provenant de cultivars peu ou pas connus, ces thés sont le fruit du travail d’agriculteurs indépendants, dont le savoir et le savoir-faire sont issus de plusieurs générations. Proposant des thés natures aux goûts variés, non seulement à cause de la technique, mais aussi par le lieu. Entouré d’arbres fruitiers, un théier peut rapidement développer des saveurs similaires à celles des fruits présents. De manière naturelle, on pourrait dire qu’ils sont aromatisés. C’est ce genre de thé qu’il faut découvrir si l’on désire passer un nouveau stade dans une passion comme celle-ci.

Mais pour cela, il faut s’adresser aux bonnes personnes. Il est difficile de rencontrer des thés de qualités optimales et dont la production est respectueuse à la fois du travailleur, mais aussi du sol dont elle est tirée. Il existe pourtant, parmi tous ces magasins de la production industrielle, de la poudre au thé en vrac, certaines exceptions. Et il y en a un qu’il faut absolument visiter, non seulement pour les breuvages proposés que pour les conseils avisés, c’est le Fossé Fleuri. Ce magasin se trouve à Namur et devrait être un incontournable lorsqu’on visite la ville à la Citadelle.

En bref, soyez curieux, il n’y a aucune honte de commencer petit et par la suite de voir très grand. C’est en goûtant de tout qu’on découvre ce qu’il y a de mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *