Menu Fermer

Blog

Les régions productrices de thé – La Chine

Le thé, tout comme le café, est assez différent selon les régions où il est produit, car chacune d’entre elles utilise des procédés différents pour créer leurs thés. Il est ainsi possible, en s’inspirant des vins, de parler de terroir pour le thé. En fonction de la région, il aura tantôt un goût terreux tantôt un goût herbacé. Il est donc important de savoir d’où proviennent tous ces thés que nous retrouvons tous les jours dans nos tasses.

Dans cet article, il sera surtout question du territoire chinois, un des plus importants dans la production de thé. Dans deux autres articles, je parlerai des autres pays asiatiques et également des pays originaux (Inde, Sri Lanka, Écosse et Kenya). Ces pays sont des récents acteurs dans le monde du thé : la Chine avait arrêté tout contact avec l’extérieur à la suite de l’avènement du communisme en 1949 jusqu’aux années 80 qui signaient le grand retour du savoir-faire millénaire des Chinois.

Le Sud-Ouest

La Chine, pays immense, connaît quatre zones de productions possédant chacune des caractères uniques. Nous avons le Sud-Ouest avec la célèbre région du Yunnan, grande productrice du Pur-Erh (un thé post-fermenté en galette). Elle est également connue pour son thé noir le Dian Hong, des bourgeons duvetés dorés. Mais il ne se résume pas seulement à cette région, nous pouvons citer le Sichuan, plus au Sud, le Gizhou, plus à l’Est et une partie du Tibet. Ces régions proposent une variété importante des goûts due à un sol riche en contenus organiques.

Lingnan

La production de Oolong, de thé blanc et du thé noir est réalisé dans le Sud du pays, dans une zone appelée le Lingnan regroupant des provinces du Fujian, principal producteur des meilleurs Oolongs ainsi que du célèbre thé blanc Bai Hao Yan Zhen (« l’aiguille d’argent au duvet blanc ») , du Hainan, du Guendong et les régions autonomes du Guangxi. La grande distinction de cette région est son sol argileux donnant ainsi des goûts uniques. Une autre caractéristique est la longévité de la pousse qui en fait une des meilleures zones pour la cueillette de thé. Il est étonnant de savoir qu’elle est connue aussi pour son thé vert au jasmin, thé vert qui n’est pas du tout une spécialité dans le Lingnan.

Jiang Bei

Le Jiang Bei concentre des provinces se situant au Nord du fleuve Yangsté, le plus long d’Asie, atteignant les 6.380km de long. Il traverse tout la Chine, d’Ouest en Est, jusqu’à se jeter dans la mer à Shanghai. Cette zone de la Chine connaît un climat beaucoup plus doux, avoisinant généralement les 15°C. C’est un climat idéal pour la culture d’un thé qui nécessite un développement lent et les thés verts de cette région sont très réputées. Sur les cinq provinces concernées, c’est surtout le Henan et l’Anhui qui proposent les thés les plus connus, notamment le Qimen, un thé noir.

Jiangnan

Enfin, la dernière zone est la plus grande production en point de vue de quantité, regroupant les provinces à l’Est de la Chine, elle prend son départ au Sud de Shanghai. Au contraire du Jiang Bei, les températures sont beaucoup plus élevées, c’est pour cela que les cultures se trouvent dans les montagnes. En plus, il s’agit d’une région fortement touchée par les pluies printanières et estivales. Cette pluie abondante ouvre un champ de possibilité assez large quant aux variétés de thé. Et celles-ci sont principalement connues pour être des thés verts des plus grands jardins proposant le célèbre Dragonwell ou le Bu Luo Chun.

Source:

  • J.W. UHL, Thé, Chronique Éditions, Chine, 2016
  • L. Gautier, Portraits de thés, Delachaux et Niestlé, Paris, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *